Aller au contenu principal
Notre agence interim de Quimper fait le point sur l'emploi en Bretagne
  Partager

Notre agence intérim de Quimper fait le point aujourd’hui sur les chiffres de l’emploi au 2e trimestre en Bretagne. L’emploi poursuit sa progression et le taux de chômage est le plus faible de France à 5,9 % alors que le nombre d’entreprises défaillantes augmente dans le même temps.

Emploi : le dynamisme de la Bretagne se confirme au deuxième trimestre

L’Insee a publié sa note de conjoncture du deuxième trimestre 2022 qui confirme le dynamisme économique de la Bretagne. En effet, l’emploi a encore progressé de 0,4 % en Bretagne entre le 1er avril et le 30 juin 2022 avec :

  • Plus de 5 000 postes nouveaux créés au même niveau qu’au premier trimestre ;
  • Une croissance équivalente à celle constatée sur le territoire français.

Dans la région, la majorité des créations d’emplois a eu lieu dans le secteur tertiaire marchand et notamment dans les services aux entreprises. Dans ce domaine, la croissance du nombre d’emplois a été de 0,6 % au 2e trimestre avec plus de 3 200 emplois créés et de 3,6 % sur un an avec un total de plus de 18 500 postes nouveaux.

Bien qu’en légère augmentation de 0,1 % au deuxième trimestre, le taux de chômage en Bretagne à 5,9 % de la population active est le plus faible de toutes régions françaises devant les Pays de la Loire et la Corse. Il est très inférieur au niveau national qui s’est stabilisé à 7,4 %. 

Le taux de chômage s’est reparti de la façon suivante dans les départements bretons :

  • 5,3 % en Ille-et-Vilaine ;
  • 5,8 % dans le Morbihan ;
  • 6,3 % dans le Finistère et les Côtes-d’Armor.

Une conjoncture nationale peu favorable pour l’emploi

Le cabinet Altares révèle qu’au niveau national, les défaillances d’entreprises ont augmenté de 69 % au troisième trimestre 2022, soit à un niveau record depuis 25 ans. Il y a eu 8 950 ouvertures de procédures de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire ouverte au 3e trimestre, correspondant à une hausse de 69 % par rapport à la même période de 2021.

Cependant, tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne. La restauration rapide est le secteur le plus touché avec une augmentation des défaillances de plus de 200 %, suivi de près par les ventes en ligne avec 115 % et par l’habillement avec 109 %. 

Il ressort également de l’étude d’Altares que les entreprises les plus vulnérables sont les plus récentes, celles dont la création remonte à moins de cinq ans. Celles-ci représentent 45 % de l’ensemble des ouvertures de procédure.

La Bretagne n’a pas été épargnée par cette réalité nationale, même si l’effet y a été bien plus modéré. Ainsi, au deuxième trimestre 2022, le nombre de défaillances a augmenté de seulement 15,7 % dans la région après une première hausse de 8,8 % au premier trimestre.
 

 Partager