Travailler en intérim quand on est étudiant : comment ça se passe ?

Un étudiant peut tout à fait envisager de faire de l’intérim. Cela lui offre, entre autres, l’opportunité d’acquérir de nouvelles compétences et de se constituer un apport financier.

Mardi 7 Janvier 2020

etudiant interim gerinter

A la recherche d’un emploi à Rennes pour avoir de l’argent de poche lors de vos études et/ou vous faire une première expérience dans le monde professionnel, l’intérim étudiant est une bonne solution.

Dans cet article, nous vous expliquons en détail en quoi cela consiste et ce à quoi vous devez être préparé.

Travailler et étudier, est-ce possible ?

En premier lieu, il faut savoir qu’il est tout à fait envisageable de faire une pause dans ses études pour travailler. C’est ce qu’on appelle « la césure » (article L. 611-12 du Code de l’éducation), définie comme le fait de « suspendre temporairement ses études ».

Elle est autorisée pour 6 mois à 1 an (décret n° 2018-372 - mai 2018). Si l’étudiant souhaite mener de front ses études et une expérience professionnelle, c’est aussi possible. Cela demande une certaine souplesse d’agenda et d’esprit, mais jongler entre les heures de cours et de travail est devenu plus facile depuis la rentrée universitaire 2017.

En application de la loi égalité et citoyenneté n° 2017-86, tous les établissements d’enseignement supérieur doivent avoir un dispositif de reconnaissance des compétences acquises dans le cadre d’une activité professionnelle (crédits ECTS, dispense de certains enseignements, aménagement d'études, etc.).

Une expérience professionnelle à valoriser

Faire de l’intérim permet d’être au contact de domaines professionnels et styles de management différents.
Les étudiants pourront ainsi travailler dans la logistique (manutentionnaire, préparateur de commandes, conditionneur), dans le bâtiment ou l’industrie (ouvrier), dans l’administration et dans le médical (agent, assistant), dans la vente, dans la restauration (serveur), etc.

Les missions intérimaires demandent de travailler de manière efficace et de se confronter aux contraintes de métiers divers (tâches répétitives, stressantes, parfois physiquement ardues). Cela sera utile pour améliorer un CV en début de carrière et pour se familiariser avec le monde de l'entreprise, le droit du travail et le travail en autonomie et/ou en équipe.

Les missions pourront être à mi-temps, à temps partiel ou à temps complet. L’essentiel est que cet intérim soit limité dans le temps : le contrat doit être signé pour une durée déterminée.
En 2017, la chambre sociale de la Cour de cassation a rappelé qu’un contrat de mission ne peut avoir « ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise utilisatrice » (article L. 1251-5 du Code du travail).

Comment procède-t-on ?

Pour démarrer sa première mission intérimaire, l’étudiant ou jeune diplômé peut s’inscrire dans une agence de travail temporaire ou consulter les sites spécialisés où sont déposées des offres de missions.

Pour s’en voir confier, l’étudiant(e) déposera son dossier de candidature, en ligne ou en agence. Cette inscription sera ensuite validée par un entretien. Pour avoir plus d’opportunités, le CV devra être plutôt ouvert. L’intérim a l'avantage de pouvoir fournir du travail rapidement. Dans des délais très courts, un étudiant aura déjà trouvé une petite mission.

Rapidement, vous allez devoir vous déplacer plus ou moins loin. Le permis de conduire (permis B) sera évidemment un plus.  Au niveau du salaire, il est proche du SMIC horaire mais les agences délivrent des primes de fin de mission qui peuvent revaloriser le salaire final.

Lire aussi : 

Retour aux actualités