Skip to main content
General

Donner du sens au travail, un enjeu majeur pour les entreprises

By 8 juillet 2021novembre 12th, 2023No Comments

À la suite du premier confinement, une étude montre qu’un tiers des Français voudrait revoir leurs priorités et souhaiterait trouver un travail plus porteur de sens. Le point avec votre agence d’intérim à Rennes.

Qu’est-ce qu’un métier « vide de sens » ?

De nos jours, donner du sens au travail de leurs collaborateurs semble être une préoccupation majeure des entreprises. Pour autant, il s’agit d’une notion qui semble abstraite voire philosophique. La quête de sens n’a aucun rapport avec le bien-être ou le bonheur mais semble être un prérequis.

C’est une notion particulièrement subjective car tous les métiers ont du sens dans la mesure où il y a toujours un objectif à atteindre. Le statut social n’a rien à voir là-dedans et un ingénieur peut considérer que son métier est vide de sens tandis qu’un ouvrier peut être passionné par son activité.

Certains spécialistes pensent que des tches sont vides de sens dans la mesure où elles tentent de répondre à des exigences d’objectifs et de rentabilité déconnectés de la réalité, un peu à l’image de Keynes qui préconisait de creuser des trous puis de les faire reboucher pour employer les chômeurs. 

D’autres considèrent qu’il pourrait s’agir de la multiplicité de tches administratives ou secondaires qui finissent par détourner de l’objectif principal du travail.

La perte de sens, un risque pour l’équilibre psychologique

Le point commun de toutes ces propositions, c’est qu’en réalité, il s’agit plutôt d’une perte de sens au travail qu’un réel manque de sens initial. Alors que tous les collaborateurs souhaitent avant tout s’épanouir au travail, ils se retrouvent souvent à exécuter des tches incohérentes ou répétitives qui représentent un risque réel pour l’équilibre psychologique et la santé et qui les éloignent des objectifs principaux de leur travail. 

Des mots anglais sont entrés dans le dialecte des entreprises pour caractériser les trois états conduisant à un manque de sens au travail :
•    Le burn-out face à un nombre irréaliste de tches à accomplir ;
•    Le bore-out lorsqu’au contraire l’on n’a pas assez de travail ;
•    Le brown-out quand on finit par s’oublier soi-même pour accomplir son travail.

Le contexte souvent plus responsable que le travail lui-même face à la perte de sens

Ce sentiment de perte de sens au travail est souvent dû au contexte et à une organisation plus normative que répondant à un besoin réel : 
•    Passer 1h30 dans les transports car que c’est la norme en Île-de-France ;
•    Rester tard le soir pour montrer que l’on est investi alors que l’on n’a plus rien à faire ; 
•    Être créatif obligatoirement pendant les heures de bureau ;
•    etc.
Autant d’opportunités de se demander pour quelles raisons continuer ainsi.

La quête de sens au travail, un enjeu pour les entreprises

Le manque de sens au travail affecte directement la performance économique des entreprises. Un salarié qui ne voit plus l’utilité de son travail présente le risque d’être touché par un des trois phénomènes énoncés plus haut. Les salariés épanouis et motivés ont à l’inverse un impact positif sur l’entreprise et sur l’extérieur. 

L’attractivité de l’entreprise et la qualité du recrutement est liée à l’engagement des employés et les employeurs ont véritablement intérêt à permettre à leurs collaborateurs de trouver du sens dans leur travail. Les aspects matériels comme les espaces, le salaire ou les offres culturelles sont importants mais les aspects humains jouent un rôle encore plus fondamental afin d’éviter que les salariés ne soient malheureux et ne se désengagent.

Lire aussi :