Skip to main content
General

Quelle reconnaissance les Français ont-ils au travail ?

By 22 mars 2022novembre 12th, 2023No Comments

Le besoin de reconnaissance au travail est fort. Ce dernier est non seulement un levier de motivation important, mais il conditionne également la force de l’investissement des membres d’une équipe. Se traduisant par des paroles, par des actes mais aussi par des récompenses, la reconnaissance au travail découle de la satisfaction de l’employeur ou manager. 

Toutefois, peut-on dire que dans les entreprises françaises, les responsables savent montrer de la reconnaissance aux employés ? Les compétences de chacun.e sont-elles valorisées ? Qu’est-ce qui est fait concrètement pour rendre les salariés fiers et investis dans leurs tches ?

Une chose est sûre, que vous travailliez en intérim à Saint-Malo ou partout ailleurs en France, la reconnaissance au travail est importante.

France : les entreprises pas assez reconnaissantes envers leurs salariés

Dans un récent épisode du podcast Minute Papillon ! de 20 Minutes, le sujet de la reconnaissance au travail a été évoqué par Fabienne Broucaret, fondatrice du média My Happy Job et Clément Poirier, responsable du centre de recherche de l’application Moodwork.

Se basant sur le sondage « Reconnaissance au travail : quelle place et quelle importance ? » réalisé pour le média My Happy Job by Moodwork auprès d’un peu moins de 1 150 salariés, les intervenants condamnent le manque de gratitude des employeurs en France.

En effet, seulement une personne sondée sur quatre déclare recevoir de la reconnaissance de la part de son entreprise, ce qui demeure bien trop peu. Près de 58 % des personnes interrogées estiment toutefois recevoir de la reconnaissance de la part de leurs collègues. 

Les différentes formes de reconnaissance sur le lieu de travail

Dans le podcast de 20 Minutes, Fabienne Broucaret, journaliste et autrice, et Clément Poirier, docteur en psychologie, établissent une liste des différentes formes de reconnaissance sur le lieu de travail.

Au final, les personnes sondées accordent de l’importance à différents types de reconnaissance :

  • 65% disent avoir besoin de reconnaissance centrée sur la personne,
  • 37% disent avoir besoin de reconnaissance sur la pratique du travail,
  • 33% disent avoir besoin de reconnaissance est celle vis-à-vis des résultats.

Le total dépasse les 100% car les sondés pouvaient donner plusieurs réponses. En effet, les travailleurs ont besoin de plusieurs types de reconnaissance au travail.

Intérim et reconnaissance du travail d’un collaborateur

À noter que le travail en intérim n’échappe pas à la règle. En effet, la reconnaissance du travail d’un collaborateur ne doit pas s’arrêter à son statut dans l’entreprise. Ainsi, par exemple, confier un projet à responsabilités à un salarié intérimaire, c’est témoigner de la reconnaissance que l’on a vis-à-vis de lui. C’est montrer que cette personne fait partie intégrante de l’entreprise et la valoriser pour ce qu’elle peut apporter.