Aller au contenu principal
  Partager

Les professionnels qui travaillent dans la nature sont susceptibles de rencontrer des tiques, d’être piqué et de contracter la maladie de Lyme. Votre agence d’intérim à Saint-Malo fait le point sur ce problème de santé. 

La maladie de Lyme est due à une bactérie

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est une maladie qui peut être transmise à l’homme par une piqûre de tique (ixodes ricinus). Cette infection est due à la bactérie « borrelia burgdorferi sensu lato » présente chez cette dernière. 
En France, chaque année, sont identifiés environ 30 000 nouveaux cas. 

Les symptômes de la maladie sont caractérisés par l’apparition d’une plaque rouge (érythème migrant) au bout de quelques jours qui s’étend petit à petit autour de la piqûre de tique. Généralement, cet érythème disparaît au bout de quelques semaines.

La maladie peut être facilement soignée par un traitement antibiotique adapté et précoce. Sans aucun traitement, certaines atteintes graves peuvent survenir dans les semaines ou mois qui suivent :

  • Au niveau des articulations (coudes, genoux, etc.) ;
  • Au niveau du système nerveux (paralysie faciale, atteinte des nerfs, méningite, etc.) ;
  • Au niveau de la peau ou d’autres organes (œil, cœur, etc.).

Les atteintes au niveau de la peau et des autres organes sont toutefois plus rares. Une demande de reconnaissance en maladie professionnelle peut être faite par le malade ou ses ayants droit sous certaines conditions.

Les tiques sont présentes partout en France

Les tiques sont présentes sur l’ensemble du territoire national en dessous de 1 500 m. Les jardins, les parcs, les prairies, les herbes hautes, les buissons, les zones boisées et humides sont les endroits de prédilection de ces dernières.
Tous les professionnels qui travaillent dans la nature sont exposés de facto aux piqures de tique et donc à la maladie de Lyme.
On peut citer parmi les travailleurs exposés :

  • Jardiniers ;
  • Paysagistes ;
  • Éleveurs ;
  • Gardes-chasse, 
  • Gardes-pêche, 
  • Gardes forestiers ;
  • Sylviculteurs ;
  • Bûcherons ;
  • etc.

Les pratiquants de loisirs en milieu naturel peuvent également être exposés à la maladie de Lyme : 

  • Campeurs ;
  • Promeneurs et randonneurs ;
  • Cueilleurs ;
  • Chasseurs ;
  • etc.

La prévention du risque

Un certain nombre d’actions permettent de se protéger et de limiter le risque de contracter la maladie.
1. Réduire la prolifération des tiques
Les jardins et les zones fréquentées doivent si possible être tondus ou fauchés en cas d’herbes hautes. De plus, il est préférable d’empêcher la faune sauvage de pénétrer dans les jardins.

2. Limiter le risque de piqûre
Lors d’une activité professionnelle ou d’une activité en extérieur, il est possible de se protéger des piqures :

  • En portant des vêtements longs et couvrant bras et jambes et en fixant la chemise dans le pantalon et le bas de celui-ci dans les chaussettes ;
  • En appliquant des répulsifs contre les insectes sur les vêtements et la peau à l’air libre.

3. Réduire les risques de développement de la maladie
Pour limiter les risques d’infection après un travail ou une activité en extérieur, il est important de :

  • S’inspecter minutieusement l’ensemble du corps, notamment les aisselles, les plis de peau ou le cuir chevelu ;  
  • Retirer la tique avec un tire-tique si nécessaire ;
  • Effectuer une nouvelle inspection le lendemain.

Plus la tique reste longtemps sur la peau, plus le risque d’infection est important.

En cas de piqûre, il faut absolument surveiller l’apparition éventuelle d’une plaque rouge autour de celle-ci ou de symptômes grippaux et ce, pendant au moins quatre semaines. En présence d’un de ces deux symptômes, il est impératif de consulter immédiatement un médecin en lui précisant l’activité professionnelle ou les loisirs.

Lire aussi : 

 Partager