Devenir électricien : un métier d’avenir

On exige d’un électricien de la rigueur, de la technicité et le respect de la sécurité et des normes. Détails d’un métier accessible qui ouvre de nombreuses perspectives d’emploi.

Vendredi 4 Septembre 2020

devenir electricien interim gerinter

Profession de plus en plus demandée, le métier d’électricien évolue, s’adapte aux nouveaux défis qu’imposent les nouvelles normes de construction et de rénovation et se diversifie aussi avec le développement des véhicules électriques, de la domotique et du numérique.

Cela créé des débouchés nombreux et variés, dans le BTP surtout, mais aussi l’armée, l’industrie automobile, l’agroalimentaire, l’événementiel, etc. Dans le secteur de l’intérim à Vannes, ce type de profil est fréquemment recherché.

Des missions très variées

Quand on exerce le métier d’électricien, on peut prendre en charge une grande variété de chantiers :
• réaliser tout le réseau électrique d’un bâtiment ou une partie ;
• installer et se charger de la maintenance d’appareils électriques et s’assurer de leur bonne connexion au réseau (téléphone, alarme anti-intrusion, VMC, portail, borne de recharge d’une batterie électrique, éclairage extérieur, etc.) ;
• identifier une panne électrique et la solutionner (sur un vélo électrique, un panneau photovoltaïque, une machine de découpe de charcuterie ou un plateau de télévision) ;
• modifier la distribution électrique en lien avec la création d’une extension sur un bâtiment, le changement de destination d’une pièce ;
• mettre en conformité un réseau ancien et changer un compteur électrique, pour que la distribution électrique soit fiable et sécurisée ;
• garantir le confort des clients en utilisant la domotique et les nouvelles technologies pour améliorer la performance énergétique et l’esthétisme d’un bâtiment ou d’un équipement électrique (volets qui s’ouvrent selon la luminosité, système de chauffage avec commande à distance, système audio sans fil, éclairage automatique via des détecteurs de présence, installation de prises USB, de leds, etc.).

Domaine d’exercice et compétences requises

Cette profession couvre un très large éventail de spécialités (installateur en équipements électriques, électricien du bâtiment, monteur électricien dans l’industrie automobile ou navale, électricien de plateau, etc.), puisqu’elle s’exerce dans des environnements très divers : des logements, des bureaux, des bâtiments industriels, des lieux de spectacle, etc. En revanche, ce métier exige un socle commun de compétences.

En effet, l’électricien doit se former, notamment en mathématiques et en physique. Ses connaissances en domotique, en électronique, en automatisme, en mécanique lui seront particulièrement utiles pour répondre aux demandes des clients.

Toutes ces compétences scientifiques lui permettront ensuite de réaliser (ou lire) un schéma de montage électrique ou un plan de l’installation électrique, qui sera son guide une fois à l’œuvre. Ainsi, il pourra procéder méthodiquement à la pose des câbles, des fils, des tableaux ou des armoires électriques et des prises.

L’électricien doit aussi impérativement maîtriser et s’appliquer à respecter les procédures de sécurité. Il doit être rigoureux et faire preuve d’une grande technicité, sans quoi il s’expose à des risques graves pour lui-même et les autres.

Pour établir et expliquer son devis à un client ou un maître d’œuvre, il lui faudra aussi avoir des qualités pédagogiques et être clair sur ce qu’il propose. Il sera amené à travailler en équipe sur les chantiers. On attendra donc de lui qu’il fasse preuve de souplesse et qu’il ait un bon relationnel avec le donneur d’ordre, les autres corps de métier et le chef de chantier.

Formations

Pour devenir électricien, la voie la plus fréquente reste le CAP ou BEP électricité (« préparation et réalisation d'ouvrages électriques »). Il existe également un bac professionnel « électronique, énergie, équipements communicants », qui donne accès à des fonctions d’encadrement notamment. Les BTS en domotique et électrotechnique ouvrent aussi des perspectives dans ce domaine.

Quelle que soit sa formation, le futur électricien devra passer des habilitations électriques (travaux sous et hors tension), savoir conduire certains engins de manutention ou chariots élévateurs (en passant un Certificat d'Aptitude à la Conduite En Sécurité -CACES- à renouveler périodiquement), monter des échafaudages, connaître les techniques de base de maçonnerie ou de soudure et maîtriser les dernières normes qualité et de construction en vigueur.

Salaire et carrière

L’électricien peut exercer en entreprise en tant que salarié. Le salaire brut mensuel d'un débutant est légèrement plus élevé qu’un SMIC (1 430 €). Le salaire moyen d’un professionnel expérimenté peut atteindre 2 500 € bruts mensuels et jusqu’à 4 000 € en fin de carrière. Après quelques années d’expérience, on pourra proposer à un électricien de devenir chef d’équipe ou de chantier.

Un électricien peut aussi faire le choix de s’installer à son compte comme artisan ou comme entrepreneur du BTP. Dans ce cas précis, il devra se former en comptabilité et gestion ou bien déléguer cette compétence à un expert-comptable.

Lire aussi : 

Retour aux actualités