Aller au contenu principal
Quelles sont les attentes des travailleurs intérimaires en 2022 ?
  Partager

Notre agence d’intérim de Landivisiau fait le point l'étude « regards croisés 2021 » réalisée par l’Observatoire de l’intérim et du recrutement. Cette étude a tracé le portrait des intérimaires en France pour tenter de comprendre qui ils sont et comment ils font leurs choix de parcours professionnel.

Le profil des personnes qui entrent en intérim

L’enquête annuelle de l’observatoire de l’intérim et du recrutement « regards croisés 2021 » a enquêté pour tenter de définir quels sont les choix et les aspirations des intérimaires, ces salariés pas comme les autres, ainsi que leurs parcours professionnels.

Ainsi, il ressort de cette étude que 65 % des nouveaux entrants dans l’intérim en 2019 et 2020 sont des hommes tandis que les femmes représentent 35 % des candidats. Même si les intérimaires sont encore majoritairement des hommes, cette population tend à se féminiser avec les années.

Pour s’en convaincre, il suffit de revenir 20 ans en arrière. En effet, à cette époque, 73 % des intérimaires étaient des hommes tandis que 27 % d’entre eux étaient des femmes.

Cette étude nous révèle également l’âge de la première inscription en agence d’intérim :

  • 48 % des intérimaires ont moins de 25 ans ;
  • 16 % ont entre 25 et 29 ans ;
  • 10 % ont entre 30 et 34 ans ;
  • 17 % ont entre 35 et 49 ans ;
  • 9 % ont plus de 50 ans.

Par ailleurs, elle fait ressortir que l’âge moyen d'entrée en intérim était de 23 ans dans les années 1990 tandis qu’il est d’environ 30 ans aujourd’hui.

De même, on en apprend un peu plus sur la situation professionnelle des intérimaires avant leur entrée en intérim.

  • 68 % des personnes étaient sans emploi (48 % inscrits à Pôle Emploi, 20 % non-inscrits) ;
  • 14 % étaient étudiants ;
  • 18 % d’entre eux avaient un CDD, un CDI ou étaient en alternance.

Les aspirations des intérimaires

Il ressort de l’étude que les personnes qui s’inscrivent en agence d’intérim souhaitent avant tout travailler rapidement et dans une moindre mesure recevoir une formation.

Ainsi, un intérimaire sur deux est dans une logique d’accès à l’emploi rapidement. À noter que 26 % d’entre eux se sont tournés vers l’intérim à défaut de trouver un CDD ou un CDI.

Un quart des intérimaires sont dans une logique de formation. Ainsi, 52 % d’entre eux sont sans expérience et souhaitent en acquérir au travers des missions tandis que 48 % désirent cumuler les expériences avant de se fixer plus durablement.

Parmi le quart restant, 32 % d’entre eux espèrent obtenir un CDI dans l’entreprise où ils travaillent, 28 % travaillent en intérim pour choisir les périodes de l’année chômées et 28 % disposent de temps libre pour travailler. Les 12 % restants n’ont pas de raisons particulières ou ne se prononcent pas.

L’étude « regards croisés 2021 » a fait ressortir que l'intérim offre de nombreuses opportunités de formations et de carrières dans les parcours professionnels d’aujourd’hui.
 

En savoir plus :

 Partager