Maux d’hiver : les bons réflexes pour éviter la contamination au travail

Quand les épidémies de grippe et de gastro arrivent, quelques gestes simples (aérer, se laver les mains, etc.) peuvent vous protéger. N’oubliez pas de les mettre en pratique, même au bureau.https://www.topsante.com/medecine/votre-sante-vous/sante-pratique/maison-saine-on-surveille-le-taux-d-humidite-247963

Mercredi 12 Février 2020

gestes contre maladies hivernales

Vous commencez une mission en intérim à Quimper et vous avez les premiers signes d’une rhino-pharyngite ? Il existe des astuces pour éviter de transmettre vos virus à vos collègues. Selon l’Inpes, la contamination par des virus et des bactéries en hiver peut être considérablement réduite avec quelques gestes faciles à mettre en œuvre.

Nous vous présentons ici quatre bons réflexes que vous devriez adopter dès votre arrivée au bureau et jusqu’à ce que vous quittiez votre poste. Il s’agira aussi d’oublier et/ou d’aménager certaines pratiques, en période d’épidémie : pas de bise, pas d’accolade, nettoyer son clavier et son téléphone régulièrement, etc.

Les 4 gestes préventifs à retenir

Le lavage des mains, le geste numéro 1

Se laver les mains, c’est la règle numéro un, car la plupart des agents infectieux se transmettent par les mains, de façon « indirecte ». Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour et systématiquement quand vous arrivez au travail ou que vous rentrez chez vous, toujours aussi après avoir pris les transports en commun, après avoir été aux toilettes, après vous être mouché ou avoir éternué et avant de cuisiner ou de manger.

Pour se laver les mains, de l’eau et du savon suffisent mais il faut absolument frotter toutes les surfaces de la main (paume et extérieur), sans oublier les espaces interdigitaux, les ongles et les poignets. On s’essuie dans une serviette ou un torchon qui est changé régulièrement (tous les jours) ou on laisse sécher nos mains à l’air libre.

Les solutions hydroalcooliques se révèlent très utiles quand on n’a pas de point d’eau à proximité. Le produit doit avoir une action virucide, bactéricide et fongicide. Dans la pratique, pour que la solution hydroalcoolique soit efficace, il faut frotter les mains jusqu’à évaporation, c’est-à-dire un minimum de 30 secondes.

Au bureau, comme à la maison, attention à la propreté

Pour limiter la propagation des virus, qui persistent sur les surfaces pendant plusieurs heures, il faut s’obliger, en période épidémique, à nettoyer régulièrement les surfaces les plus « exposées » : cuvette des toilettes, chasse d’eau, poignées de porte, plateau de bureau, clavier d’ordinateur et souris, téléphone, etc.

Quand quelqu’un déclare une maladie contagieuse, ce nettoyage peut être nécessaire plusieurs fois par jour. A noter : la poubelle de bureau ne doit pas accueillir de mouchoirs usagés, demandez à vos collègues de jeter leurs mouchoirs dans une poubelle fermée.

Aérer les pièces 10 à 15 minutes par jour

Au bureau, comme chez vous, aérer quotidiennement est essentiel. C’est une excellente manière d’évacuer les polluants microbiens dans l’atmosphère. 10 à 15 minutes par jour suffisent. Par exemple, le matin, avant de se mettre au travail, pendant qu’on va chercher une boisson chaude.

Par ailleurs, faites attention à l’hygrométrie de la pièce. Un air sec irrite les muqueuses nasales et les rend perméables aux virus. Si c’est le cas dans votre bureau, disposez des saturateurs sur les radiateurs ou branchez un humidificateur. 

Porter un masque chirurgical

Si on est soi-même malade ou que l’on sent les premiers signes (fièvre, toux, éternuement), on peut porter un masque (type « masque chirurgical ») pour éviter de contaminer son environnement, surtout lorsqu’on est en contact avec un public fragile (jeunes enfants, personnes âgées, etc.).

Avant de mettre le masque, on se lave les mains et on veille à bien l’ajuster sur le nez et l’abaisser sous le menton. Le masque est à usage unique et doit être changé toutes les 4 heures ou dès qu’il est mouillé. Après utilisation, on le jette dans une poubelle fermée et on se lave les mains.

Ce qu’il ne faut pas faire

Lorsqu’on est infecté, l’éternuement et la toux projettent des gouttelettes et microgouttelettes sur 1 à 6 mètres à la vitesse de 50 kilomètres à l’heure, qui peuvent contenir virus, poussières et sécrétions nasales ou pulmonaires.

Si vous éternuez ou toussez, ne mettez pas la main devant la bouche ! Couvrez-vous la bouche et le nez avec votre coude (cela évite la contamination par les mains) ou un mouchoir qui finit immédiatement dans une poubelle. Et lavez-vous les mains tout de suite après.

En période d’épidémie, on évite les contacts physiques comme la poignée de main ou la bise pour saluer les collègues. Et, on s’abstient d’échanger ou de prêter des objets, comme sa tasse, ses stylos, ses couverts, etc.

Lire aussi : 

Retour aux actualités