Aller au contenu principal
valoriser trous cv
  Partager

Que vous soyez en reconversion ou en recherche d’emploi à Rennes ou ailleurs en France, il est souvent difficile de savoir comment présenter une période d’inactivité dans son parcours professionnel.

Certains vont même jusqu’à s’empêcher de postuler ou rater leurs entretiens en se justifiant et en étant sur la défensive. Nous vous donnons ici des clés pour mettre en valeur ces périodes de creux dans votre CV afin de saisir les opportunités qui se présentent sans culpabiliser.

Un « trou » dans le CV

Rien qu’à la lecture du CV, le recruteur contrôlera la chronologie du parcours de celui qui postule et pourra facilement détecter les périodes d’inactivité professionnelle. Quel que soit son positionnement, il vous demandera probablement la raison ou une explication pour ce « trou ».

Il existe plein de raisons qui peuvent conduire à une période creuse dans le CV : une maladie, un congé parental, un congé sabbatique, l’éducation des enfants, un burn out, un long voyage… Plus ces « trous » vont être longs, plus ils attireront l’attention et seront questionnés.

Comment aborder ces passages à vide dans votre CV ? Un premier conseil serait sûrement de prendre du recul, de faire un point sur la situation et de préparer vos réponses.

Pour valoriser cette période, il faut que vous soyez persuadé que tout cela a du sens, de la valeur et que vous êtes légitime. Entraînez-vous à expliquer ces périodes avec détermination et motivation.

Exemples de mise en valeur des périodes creuses de votre parcours

Pour un congé parental d’éducation (CPE)

Vous pouvez facilement argumenter que vous avez eu besoin de ce temps pour accueillir un nouvel enfant et vous occuper de votre famille.

Cela doit montrer que vous ne faites rien à moitié, que vous êtes engagé. Démontrez que vous avez maintenant envie de redémarrer votre carrière, que vos enfants ont grandi et que vous avez mis tout en place (garde d’enfant, garderie) pour vous investir dans votre nouveau travail.

Si vous avez suivi des formations pendant cette période, mettez-le en avant. Il n’est pas interdit non plus de souligner que cela vous a permis d’améliorer vos qualités d’organisation, de réactivité, de communication, etc.

Maladie longue durée ou d’un burn-out

N’en parlez pas si la question n’est pas posée. Nul besoin de spécifier la période d’arrêt sur votre CV. Si cela vient au cours de la discussion, répondez calmement. Si la réaction du recruteur est négative, ou inappropriée, restez poli et professionnel mais n’oubliez pas que vous avez tout à fait le droit de ne pas donner suite à cet entretien.

Quand vous répondez, nul besoin de tout détailler, donnez juste le motif de votre indisponibilité (maladie ou accompagnement d’un proche).

Indiquez simplement que vous avez fait le nécessaire pour retrouver votre dynamisme et votre santé. Ne dramatisez pas la situation, le but n’est pas de faire pleurer votre audience, mais bien de les convaincre que vous êtes motivé et que vous souhaitez aller de l’avant.

Si vous avez fait une pause professionnelle

Pour voyager, pour reprendre pied, pour réfléchir, il n’est pas toujours simple de revenir dans le monde professionnel. Décomplexez-vous et assumez cette période sabbatique.

Cela vous a permis de prendre du recul, de vous évader, de faire des rencontres pour revenir avec un projet et des objectifs professionnels précis. Être inactif professionnellement ne signifie pas que vous avez été paresseux : mettez en avant la créativité dont vous avez fait preuve, les langues que vous avez apprises, etc.

Le recruteur a moins besoin d’être rassuré sur vos compétences que sur votre volonté et votre capacité à rejoindre son équipe.

Si vous avez eu du mal à revenir dans le monde professionnel après une longue période de chômage

Ne mettez pas en avant vos difficultés, sans toutefois les éluder. Restez positif et tourné vers l’avenir. Concernant votre CV, inutile d’indiquer vos périodes sans emploi.

En revanche, mentionnez les formations que vous avez suivies, si vous avez passé un concours, élaboré un projet personnel (bénévole, associatif, entrepreneurial), effectué une VAE (validation des acquis de l’expérience), etc.

Si vous vous sentez quand même en difficulté, cherchez de l’aide et des conseils extérieurs. Une tierce personne aura certainement un autre regard et d’autres arguments à vous proposer. Vérifiez aussi que vos outils et votre stratégie de recherche d’emploi sont adaptés. Dans tous les cas, soyez fier de votre parcours, quel qu’il soit. Et ne mentez pas, soyez honnête.

Ce parcours, il vous a forgé, il vous a donné des compétences, il vous a ouvert à d’autres expériences, hors de la vie professionnelle. Le CV idéal n’existe pas et quand bien même vous auriez quelques « trous », cela ne vous résume pas et ne signifie pas que vous ne serez pas capable de bien remplir votre mission.

Lire aussi : 

 Partager