Aller au contenu principal
fiche metier etancheur bardeur gerinter
  Partager

Dans la famille des métiers du BTP, celui d’étancheur-bardeur (qu’on appelle aussi monteur en constructions métalliques, monteur-échafaudeur, monteur-bardeur…) est très demandé, notamment en intérim.

Le métier de bardeur s’exerce dans divers secteurs d’activité : dans l'armée, dans les entreprises du BTP, parfois aussi dans l’événementiel. Inscrit en agence d’intérim à Saint-Malo depuis peu, vous vous demandez si vous pouviez postuler sur de telles offres et en quoi consiste ce métier.
Dans cet article, nous vous donnons les éléments pour vous faire une idée du métier d’étancheur-bardeur : salaire, niveau d’études, missions et compétences nécessaires.

Missions

L’étancheur-bardeur se charge à la fois du montage de structures métalliques et s’occupe d’isoler et d’étanchéifier des infrastructures : Il apporte sa contribution à l’édification de bâtiments ou d’infrastructures.
Dans son rôle de bardeur, il récupère tous les éléments de la structure en atelier pour constituer le bardage. Une fois sur le chantier, sa mission est d'assembler les différentes composantes au sol.

C’est encore lui qui est responsable de lever et d’installer la structure dans le respect des normes de sécurité. Il réalise ainsi à la fois des structures pérennes et des structures provisoires (qu’il démontera ensuite). Pont, parking souterrain, hangars, échafaudages, gradins sont un échantillon de ce qu’il peut être amené à construire.
Dans son rôle d’étancheur, il effectue généralement des opérations d'isolation phonique ou thermique, mais aussi la pose de gouttières et de tuyaux d’évacuation. Parfois, on lui demande d’entretenir ou de réparer les structures en place. Il rénove donc des parkings souterrains, des toitures, des réservoirs d’eau, etc.

Conditions d’exercice

C’est un métier qui s’exerce essentiellement en extérieur, et donc soumis à la météo avec parfois des températures extrêmes ou des intempéries. L’étancheur-bardeur doit donc être dans une excellente condition physique.
Il doit aussi avoir un équipement aux normes (casque, chaussures de sécurité…) et prendre toutes les précautions pour se protéger des chutes et de tous les autres risques liés à son activité. Le travail se déroule en hauteur, donc impossible d’avoir le vertige pour exercer ce métier.
En revanche, le bardeur doit montrer des talents acrobatiques, être agile, avoir le sens de l’équilibre et être très rigoureux sur la sécurité. Le bardeur travaille presque toujours en équipe.

Compétences spécifiques

Sur le plan technique, il doit maîtriser toutes les opérations dites de bardage (travail au chalumeau, soudures, prises de mesures), la petite maçonnerie (ragréage, rebouchage de fissures), le nettoyage minutieux de surfaces, préparation et manipulation de revêtements isolants (matériaux parfois corrosifs, brûlants ou très lourds).
Son travail requiert la conduite d’engins (parfois avec une habilitation), comme des plates-formes élévatrices ou des grues.

Formation

Ce métier est accessible aux personnes non diplômées. Toutefois, une expérience sur un poste qui présente des conditions d’exercice similaires (travail en hauteur, sur un chantier de BTP) sera bénéfique. Il arrive que l’employeur exige un CAP Construction métallique, un CAP Monteur en isolation thermique et acoustique ou un CAP Etancheur du bâtiment et des travaux publics.
Par ailleurs, un brevet professionnel ou un bac pro sont souvent demandés pour occuper des fonctions d'encadrement. Le BTS Enveloppe des bâtiments, conception et réalisation se prépare après un bac pro et permet d’intégrer un bureau d’études.

Salaire et perspectives de carrière

Le salaire de l’étancheur-bardeur est environ de 24 024 euros bruts annuels.
Pour monter en compétence, l’étancheur-bardeur peut devenir chef de chantier, sur des chantiers de montage de structures métalliques. Il peut aussi s’orienter vers du conseil aux entreprises ou de l’étude de projets.
S’il souhaite se reconvertir, il existe un grand nombre de métiers facilement accessibles, soit orientés « construction » (métallier industriel ou charpentier métallique), soit orientés « engins » (conducteur de grues). Habitué aux travaux de grandes hauteurs, c’est aussi une ouverture vers le métier de cordiste.

Lire aussi : 

 Partager