Aller au contenu principal
  Partager

Si le contenu de la mission semble généralement clair et limpide, ce n’est pas toujours le cas de la rémunération et du bulletin de salaire. Votre agence d’intérim à Saint-Malo décrypte pour vous ce document !

Qui est l’employeur de l’intérimaire en mission ?

La première chose essentielle à savoir est que l’agence de travail temporaire est l’employeur dans le cadre d’un contrat d’intérim. C’est donc elle qui va verser le salaire correspondant à la mission selon les relevés d'heures que l’intérimaire lui communique chaque fin de semaine.

Pour être utilisés par l’agence, ces relevés doivent être obligatoirement tamponnés et signés par l'entreprise dans laquelle la mission est effectuée.
Un acompte sur salaire sur présentation du relevé d'heures effectuées la semaine précédente peut sur demande être versé à l’intérimaire en mission.

Le salaire en intérim

Dans le contrat de travail, le salaire indiqué ne peut être inférieur au salaire d'embauche hors période d’essai d'un employé de l'entreprise où s’effectue la mission occupant le même poste et de même qualification.

Cependant, cela ne veut pas dire que le salaire sera identique à celui de la personne remplacée mais qu’il correspondra au salaire de référence pour ce poste dans l’entreprise concernée.

Le salaire de base comprend également les accessoires comme les avantages en nature ou les majorations lorsqu'il s’agit d’une obligation conventionnelle ou d’un usage dès l’embauche pour le personnel ou pour les salariés appartenant à la même catégorie professionnelle de l’entreprise utilisatrice.

Les primes attachées au poste comme les primes de rendement ou de risque font également partie du salaire tout comme les primes exceptionnelles et les gratifications, le 13ème mois ou les primes de vacances selon les règles qui les régissent dans la convention collective de l'utilisateur.

Le principe de calcul du salaire est simple. Il suffit de multiplier le taux horaire par le nombre d’heures travaillées dans le mois et d’ajouter les éventuelles indemnités et primes prévues au contrat.

L’indemnité de fin de mission

C’est également un calcul relativement simple. L'Indemnité de fin de mission (IFM) se détermine en prenant 10 % du salaire brut. Cette indemnité est versée en une fois à la fin de la mission.

Dans certains cas, l'IFM n'est pas due :
•    Mission formation ;
•    Embauche en CDI par l'entreprise utilisatrice ;
•    Cas de force majeure ;
•    Rupture du contrat à l'initiative du salarié ;
•    Refus de la souplesse ;
•    Faute grave.

Les congés payés

Les congés payés (CP) se calculent en prenant 10 % du salaire brut auquel on ajoute le montant de l'Indemnité de fin de mission. Comme pour l’IFM, les congés payés seront versés en une fois à la fin de la mission.
 

Lire aussi : 

 Partager