Skip to main content
General

Le syndrome de l’imposteur : un mal qui touche 70 % des salariés !

By 27 mai 2021novembre 12th, 2023No Comments

Douter de ses capacités et avoir peur qu’un jour son incompétence ne soit dévoilée et ce, malgré un parcours scolaire et une carrière réussie, porte un nom : le syndrome de l’imposteur. Votre agence d’intérim à Quimper fait le point.

Un syndrome plus fréquent qu’on ne le croit !

Ce sentiment étrange et lancinant de ne pas être à sa place dans le poste que l’on occupe ou de ne pas mériter une promotion ou son salaire allant parfois même jusqu’à miner celui qui le ressent est bien connu des psychologues. Il s’agit du syndrome de l’imposteur.

D’après le Journal of Behavioral Science, pas moins de 70 % des salariés à travers le monde sont touchés par ce syndrome au moins une fois dans leur vie. C’est un chiffre important qui montre à quel point ce mal est fréquent dans le monde du travail. 

Il faut noter que ce n’est pas un état permanent. Il s’agit généralement d’une réaction à un niveau d’exigences irréalistes, de stress et de circonstances particulières. 

Très répandu, ce syndrome peut toucher le simple salarié comme l’employeur. 
Des objectifs trop élevés générateurs d’anxiété et de stress peuvent conduire à douter de ces compétences et de ses qualités professionnelles. Pour autant, ce sentiment n’a rien à voir avec les compétences ou les aptitudes. Une étude récente a montré que 25 % des salariés français sont particulièrement stressés tandis que 52 % d’entre eux font part d’un niveau d’anxiété important. 

D’après les personnes interrogées, ce sont les exigences liées au fait de devoir traiter un grand nombre d’informations complexes et le manque de temps qui sont les principales causes d’anxiété. 

Le syndrome de l’imposteur : comment lutter contre ?

Ce syndrome est fréquent chez les salariés qui surperforment et qui ont tendance à plus intérioriser face à l’échec. S’inquiéter de ne pas être à la hauteur est aussi une façon d’analyser son parcours et le propre des gens capables de se remettre en question pour avancer et qui généralement réussissent.

Voici trois conseils pour lutter efficacement contre le syndrome de l’imposteur : 

  • La meilleure façon de ne plus avoir le sentiment d’être un imposteur consiste à arrêter de penser que l’on en est un. Pour cela, il faut identifier les processus de pensée dévastateurs qui mènent à cette sensation et les remplacer par des pensées positives ;
  • Il faut apprendre à accepter les compliments et ses accomplissements, voire les noter par écrit sur un carnet de bord. Quand les pensées négatives commenceront à envahir votre esprit, ouvrez le carnet et remémorez-vous tout ce que vous avez accompli et tous les objectifs atteints ;
  • Il est nécessaire d’accepter ses échecs et ses lacunes car la perfection n’est pas de ce monde. Cela permet d’acquérir de l’expérience, de progresser dans son travail et de développer ses compétences. Si vous n’excellez pas dans tous les aspects de votre travail, vous n’échouerez pas pour autant dans la tche qui vous est confiée.
     

En savoir plus :